Partenaires

CNRS Logo tutelle Logo tutelle
Logo tutelle Logo tutelle


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site >

Etoiles T Tauri et protoétoiles

par Nicolas Grosso - 5 septembre 2008

Les étoiles T Tauri classiques sont des étoiles de type solaire, âgées de 1 à 10 millions d’années, qui accrètent de la matière à partir de leur disque circumstellaire. Grâce à une inclinaison favorable de son disque d’accrétion, l’étoile T Tauri classique AA Tau montre environ tous les 8 jours des éclipses dans le visible, quand son disque d’accrétion gauchi passe devant la photosphère stellaire. N. Grosso, en collaboration avec J. Bouvier et T. Montmerle du Laboratoire d’Astrophysique de Grenoble, a effectué plusieurs observations XMM-Newton, en rayons X et UV, réparties sur 2 périodes d’éclipses ( 16 jours) de AA Tau, pour localiser sur l’étoile les régions de ces émissions (Grosso et al. 2007). Deux des observations XMM-Newton ont été effectuées près du centre de l’éclipse optique. Le flux UV montre des variations, mais sans corrélation avec les rayons X. Les variations UV ont été modélisées avec une modulation hebdomadaire, due à l’éclipse par le disque d’accrétion, plus une modulation journalière suggérant une accrétion variable. Aucune éclipse n’est détectée en X, ce qui indique que les régions d’émission X sont localisées à hautes latitudes. Une des observations a montré un flux X 50 fois plus élevé que le niveau minimum observé. La température du plasma y a atteint 60 millions de Kelvin, une valeur 2 à 3 fois plus élevée que durant les autres observations. La présence de cette éruption brillante en rayons X, observée près du centre de l’éclipse optique, suggère que les régions magnétiques actives sont étroitement associées à la base de la colonne d’accrétion principale. Il est spéculé que l’impact du flot d’accrétion en chute libre sur le fort champ magnétique de la couronne stellaire peut augmenter l’émission en rayons X. L’absorption, grande et variable, des rayons X émis par AA Tau est attribuée aux colonnes d’accrétions secondaires de plus faible densité couvrant la magnétosphère.

Dans la même rubrique :