Partenaires

CNRS Logo tutelle Logo tutelle
Logo tutelle Logo tutelle


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site >

Le Survey Science Center du satellite XMM-Newton

par Christian Motch, lmichel - 23 septembre 2008

L’ESA a confié à un Consortium, le « Survey Science Center » (SSC), l’extraction, l’analyse, l’identification et la publication de toutes les sources X découvertes et observées par XMM-Newton.

La fonction de ce consortium appelé est d’assurer un retour scientifique pour la mission. De plus, le SSC joue un rôle complémentaire du « Science Operations Center » (SOC).

Strasbourg participe au SSC depuis sa création en 1996 à côté d’ autres instituts : l’Université de Leicester (PI), le Mullard Space Science Laboratory, l’Institute Of Astronomy de Cambridge, le MPE, l’AI de Potsdam, le CEA-Saclay, le CESR, l’Université de Cantabria et l’Observatoire de Brera. Notre équipe SSC comprend 7 personnes, doctorants compris. A ce groupe s’ajoute une participation du CDS correspondant globalement à environ une demi-personne.

Les principales tâches du SSC sont :

- de participer à la définition, à l’écriture et à l’évolution du logiciel d’analyse des données XMM. Ce logiciel scientifique d’analyse (SAS) est utilisé de manière interactive par les astronomes ou sous forme de tâches chaînées.

- d’analyser systématiquement toutes les observations pointées pour l’observateur invité. Le SSC effectue l’analyse automatique de toutes les données et livre des produits à valeur scientifique ajoutée (images nettoyées, listes de sources, spectres X, courbes de lumière, corrélations croisées avec les archives astronomiques, etc.). Ces informations, destinées à l’observateur invité, sont, au bout d’un an, ouvertes à la communauté astronomique internationale.

- de produire à intervalles réguliers le catalogue des sources X détectées en utilisant les dernières calibrations instrumentales et versions des logiciels.

- d’identifier (de manière individuelle ou statistique) les sources cataloguées et d’en faire le suivi observationnel. L’identification doit être élaborée à partir de catalogues et d’images d’archives mais aussi à l’aide d’observations optiques dédiées réalisées par le SSC.