Partenaires

CNRS Logo tutelle Logo tutelle
Logo tutelle Logo tutelle


Search

On this website

On the whole CNRS Web


Home page >

XMM-Newton Science Survey Consortium

Le Survey Science Center (SSC) de la mission XMM-Newton a pour objectif d’assurer un retour scientifique optimal de cette pierre angulaire de l’ESA en réalisant une analyse systématique des observations, et de proposer des identifications (individuelles ou statistiques) des sources X. Le SSC est un consortium de 8 instituts européens ; les contributions principales de l’Observatoire de Strasbourg sont :

- l’accès aux données d’archives associées à chacune des 500 000 sources qui pourraient être détectées dans la durée de la mission XMM-Newton

- une participation prépondérante dans la construction du système de base de données qui gère les identifications des sources pour le SSC

- une participation à des campagnes d’observation permettant l’identification individuelle d’échantillons représentatifs de sources X

Ces activités s’appuient fortement sur l’équipe Hautes Energies, avec le soutien essentiel du CDS, qui apporte non seulement une large fraction des données d’archives, mais aussi un savoir-faire. La contribution de Strasbourg au SSC est une excellente illustration de l’efficacité des synergies qui peuvent se mettre en place entre les équipes scientifiques et le CDS.

Le Survey Science Center du satellite XMM-Newton

L’ESA a confié à un Consortium, le « Survey Science Center » (SSC), l’extraction, l’analyse, l’identification et la publication de toutes les sources X découvertes et observées par XMM-Newton. La fonction de ce consortium appelé est d’assurer un retour scientifique pour la mission. De plus, le SSC joue un rôle complémentaire du « Science Operations Center » (SOC). Strasbourg participe au SSC depuis sa création en 1996 à côté d’ autres instituts : l’Université de Leicester (PI), le Mullard Space Science (...)

Lire la suite

Le rôle spécifique de Strasbourg au sein du SSC

Strasbourg joue un rôle essentiel dans la génération et la diffusion d’informations multi-longueur d’onde associées à chaque nouvelle source X découverte, ainsi que dans l’analyse statistique et la classification automatique de ces sources. L’équipe strasbourgeoise a développé et gère la partie de la chaîne de traitement automatique des données du satellite permettant l’identification des sources X à l’aide des données d’archives, images et catalogues, hébergées par le CDS. Elle a conçu l’infrastructure base (...)

Lire la suite

Les catalogues XMM

La première version du catalogue XMM, (1XMM) publiée en 2003 contenait 33 000 sources extraites de 500 observations. La deuxième version, publiée en août 2007 résulte de la compilation des six premières années d’opération du satellite (3491 observations) et elle constitue le plus grand ensemble de sources de rayons X répertoriées à ce jour. Il recense 191870 objets uniques, pour la plupart nouveaux, sur une surface totale de 360 deg2. Sa taille est presque le double de celle du record historique établi (...)

Lire la suite

La XCat-DB

La Xcat-DB contient à ce jour les 200,000 sources du 2XMM détectées dans 3491 observations et corrélées avec un million de sources d’archives extraites de 200 catalogues. Elle offre un accès direct aux données XMM (images, listes de sources au niveau caméra, courbes de lumières et spectres) ainsi que des outils de visualisation et de comparaison (il est possible par exemple de superposer le contour d’une image X sur une image optique extraite du CDS grâce à Aladin et d’avoir accès à tous les services (...)

Lire la suite

Saada

Devant l’intérêt soulevé par les systèmes de base de données capables de manipuler des informations hétérogènes et intégrant des liens de corrélations entre les données hébergées, une thèse à caractère technique, co-financée par le CNES et la région Alsace et visant à exploiter dans un cadre plus large les idées qui ont présidé à la conception du modèle de données de la base du SSC, a été conduite de 2002 à 2005. Son objectif était de fournir un système d’archivage de données astronomiques auto-configurable (SAADA, (...)

Lire la suite

L’identification des sources X

Le SSC conduit également des programmes d’identification optique au télescope pour 4 sous-ensembles. Strasbourg pilote le programme d’identification à basse latitude galactique, de 1000 sources de façon à décrire le mieux possible les effets d’anisotropie induits par la Galaxie. Ce programme s’appuie sur un certain nombre d’objectifs scientifiques visant à étudier la nature des sources X accrétantes de faible luminosité, sources qui ont échappées aux instruments moins sensibles de la génération (...)

Lire la suite